Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petite histoire du pain

L'Alliance française de Wuhan recrute actuellement les 12 futurs chefs boulangers chinois qui seront formés à la Chambre de métiers et d'artisanat de Seine Saint Denis d'ici quelques semaines.

Pour tous les amateurs de baguettes et autres spécialités boulangères, voici une brève histoire du pain dans le monde et en France ....

Les premiers pains, en forme de galette, sont nés en Mésopotamie. Mais c’est aux Egyptiens que l’on attribue généralement l'invention du pain au levain. Ils en auraient fait la découverte par hasard. De la pâte à pain sans levain (eau, lait et farine) aurait été oubliée, se serait « gâtée », mais aurait tout de même été cuite, menant ainsi à la découverte du pain avec levain.

Les Grecs développent le métier de boulanger et confectionnent plus de 70 variétés de pain, en utilisant pour faire lever la pâte des levures issues du vin et conservées en petites amphores.

Pour les Romains aussi, le pain est l'aliment de base. Ils reprennent le mode de fabrication grec à base de levure provenant de moût de vendange et améliorent le pétrissage.

Au Moyen Age, en France, la place du pain dans l'alimentation prend encore plus d'importance et sa qualité, son prix, son contrôle sont soumis à de multiples règles édictées par l'État. La profession de boulanger est surveillée. Il leur est interdit de vendre du pain rassis, brûlé, trop petit ou entamé par les souris ! Le pain sert d'aliment mais aussi d'assiette pour les gens riches.

Dès la Renaissance, le développement des sciences profite à la technologie meunière et boulangère : les premiers travaux scientifiques applicables à la levure bénéficient de l’invention du microscope par le Hollandais Antonie van Leeuwenhoek ; la fermentation par la levure de bière se développe ; le pain se diversifie.

Au XVIIIème siècle, le prix des blés, et donc du pain, est très élevé. Les émeutes sont nombreuses et aboutissent à la Révolution française. Le roi, la reine et le dauphin sont surnommés le Boulanger, la Boulangère et le « Petit Mitron » : ces expressions témoignent de l'importance du pain dans la consommation quotidienne de l'Ancien Régime. Devant la pénurie, les Révolutionnaires décrètent un seul pain pour tout le monde : au lieu du pain blanc pour les riches et du pain noir pour les pauvres, les boulangers ont ordre de ne cuire que le « pain de l’égalité ». Il s’agit d’un pain long, fendu au milieu, qui prend la place des miches rondes.

Au XIXème siècle, les pétrins mécaniques apparaissent et les machines se perfectionnent.

En 1838, August Zang, un officier autrichien, commence à produire avec succès à Paris les petits pains à la fine croûte dorée que fabriquent les Autrichiens avec un ensemencement à la levure de bière. Le règne de la viennoiserie commence.

À Paris, la première boulangerie industrielle est créée en 1836.La même décennie voit également l'apparition de la baguette. La consommation de pain frais se démocratise.

En 1860, Louis Pasteur identifie la levure comme le micro-organisme responsable de la fermentation.

Cinquième producteur de blé au monde, la France est un pays de riche tradition boulangère. Diderot recense une trentaine de noms de pains, dans son Encyclopédie.

La législation française classe les pains selon leur composition et leur technique de fabrication : pain de tradition française, pain au levain, pain cuit au feu de bois, pain à l'ancienne, pain de campagne, pain de seigle, pain de son, pain de froment...

Chaque seconde, 190 baguettes sont consommées en France, plus de 6 milliards de baguettes sortent des fournils chaque année !

La boulangerie-pâtisserie occupe le premier rang des commerces de détail alimentaire avec plus de 31000 entreprises en France. Elle figure parmi les commerces de proximité les plus fréquentés, avec un établissement pour 1800 habitants.

Saint Honoré est le patron des boulangers, il est fêté le 16 mai. Depuis 1995, chaque année, à cette date, la Fête du Pain (créée à l’initiative de Jean-Pierre RAFFARIN), célèbre pendant une semaine cette tradition française.

Le pain au cinéma :

Pagnol : La Femme du Boulanger 1938

Dans un village de Provence, un boulanger récemment installé découvre un matin que sa jeune femme est partie avec un berger. Il décide de faire la grève du pain tant que sa femme n'est pas revenue. Le village se mobilise afin de retrouver sa boulangère.)

Le pain dans les contes de Charles Perrault

  • Le Petit Poucet
  • Le Petit Chaperon rouge (la galette)

Les expressions françaises :

  • Compagnon : la personne avec (cum en latin) qui on partage son pain (panis en latin), de compagnon vient le mot copain.
  • Manger son pain blanc : avoir le meilleur de quelque chose, sous-entendu en attendant l'arrivée du moins bon. L'expression opposée est manger son pain noir.
  • Être au pain sec [et à l'eau] : ne disposer que de ressources alimentaires minimales.
  • Ça ne mange pas de pain : se dit d'un acte sans conséquence grave.
  • Bon comme du bon pain : qualifie une personne incapable de malveillance.
  • Retirer le pain de la bouche : empêcher de gagner sa vie.
  • Gagner son pain [quotidien] : exercer son métier, plus familièrement gagner sa croûte.
  • Je ne mange pas de ce pain-là : se dit par une personne refusant de se mêler à une affaire qui lui semble étrange (l'affaire = le pain).
  • Avoir du pain sur la planche : veut dire avoir énormément de choses à faire.
Tag(s) : #AF Wuhan, #formation professionnelle, #culture française

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :